AGENDAE


WORKSHOPS:


SE FONDRE DANS LA MATIÈRE 
à la frontière corps /objet/ imaginaire
recherche corporelle menée par Ephia Gburek

dsc_4324

9-14 OCTOBRE:
 Tallinn, Est
onie
Physical Acting MA programme
Estonian Academy of Music and Theatre
http://www.lavakas.ee/


20-21 JANVIER: Saint Etienne, France
à La Fab-Ka, lieu pour pratiques artistiques en chantier permanent http://lafab-ka.blogspot.fr/
This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


18-22 AVRIL:  Bruxelles, Belgique
LE CORPS COMMUN 
Stage de recherche corporelle avec Ephia GBUREK
Une danse en son essence, une pratique relationnelle et humaine pour questionner les notions de « l'accueil » et de « la résilience ». Et suivre les interrogations que vit notre société dans sa recherche ou son refus d'ouverture de ses seuils et frontières.

Quand : 18 avril 18h-21h – 19,20,21,22 avril 10h-18h
Où : Garcia Lorca 47/49, Rue des Foulons - Bruxelles
Participation : 270€ (240€ avt 25/03 et bas revenus)
Inscriptions :  This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

Écouter avec le corps. Questionner les frontières . Sillonner les interstices. Se positionner sur le seuil. Attendre. Dans un espace limite imparfait ou troué. Attendre. Près d'une limite tout à fait comparable à ce qui sépare le jour de la nuit, à peine une membrane. Attendre... Puis passer.
 

L'INTERIORITE : Étirer nos terminaisons nerveuses au-delà de l’enveloppe corporelle et dissoudre les frontières. Tenter de ressentir à travers le corps de l’autre (l’objet, le partenaire, le groupe, le lieu) et d’entrer dans son expérience (un acte primaire d’écoute et d’empathie). Changer de perspective comme changer de peau. Perdre ses repères personnels puis humains. Se confondre puis se fondre dans la matière. C’est une opportunité pour devenir «autre». Cette confusion entre la matière (fumée, avalanche, vrombissement de machine) et nos êtres nous guide, nous déboussole, nous invite à oublier nos certitudes.

Soulève et creuse, fais le passage... Entre dans le dedans de cet endroit... Même s'il n'est pas sûr qu'il y ait un dedans ? Tu entres.

L'EXTERIORITE: De l'individu naît une action collective en transformation permanente. Un geste simple, un déplacement démultiplié et inscrit dans un lieu. Le groupe constitue et transforme un espace. Le groupe évoque la force de la communauté et notre besoin humain d'union, de recueillement, de soutien, de réponse, de partage. Le groupe s'écarte pour laisser place à l'individu et se rapproche pour écouter sa voix. Puis les individus cèdent leurs places aux formes organiques ; ensemble ils deviennent marée, rocher, dune, bosquet. Est-ce en lien avec le rituel ?... avec notre besoin refoulé d'y participer , d'en être témoin? ... de construire un imaginaire commun?
 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
 

Nos explorations physiques seront nourries par des temps d'échanges et de réflexions avec différents intervenants:
Céline Pierre, auteure multimédia, proposera des extraits de TRAGEN.HZ : une écriture d'images, sons et chroniques collectés sur le campement de Calais. http://celinepierre-mlab.tumblr.com
Julien Wolsey, avocat en droit des étrangers, nous parlera de la réalité des migrants aujourd’hui.
Cihan Gunes, psychologue à SSM Ulysse éclairera la dimension psychique de l’exil. 


visitez : WORKSHOPS
photo: Wilfried Leproust




PERFORMANCES:

l1110242



EVICTION 
de cp&lp.
emlab:laboratoire d'écritures multiples

27.10.2017
à 20H
Festival en chair et en son 
Le Cube, Issy les Moulineaux


EPHIA GBUREK (US) - danse & écriture mouvement
CELINE PIERRE (FR)- conception & écriture sonore

Avec le soutien de la Région Grand Est.

Les voix, cris ou murmures, les "froissements de terrains" du campement de Calais, les prélèvements de ces collectes issus d'un sol en déshérence, ont été analysées et modelées, il en ressort un matériau dispersé et soufflé évoquant poussière, cendre et sable. L'écriture sonore est alors mise en relation avec un troisième corpus d'éléments: déplacements, effondrements et relèvement de la danse d'Ephia Gburek.  L'ensemble tente une traversée.

Ayant d'autre part entretenue une relation aux images comme "à l'aveugle", et s'attachant à celles devant lesquelles l'on baisse le regard plutôt qu'à celles appelant à les vouloir saisir; filmant en cadrant sans s'attacher à maîtriser chaque détail de "l'écran de contrôle", la relation à la danse d'Ephia Gburek est là, une évidence.

Ecriture sonore réalisée au laboratoire de composition du Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims et en résidence au Centre National de Création Musicale Césaré-Reims/
Ecriture mouvement réalisée en résidence au Centre National de la Danse-Pantin, et à la Fab-Ka, Saint-Etienne.

http://celinepierrefilms.tumblr.com/
http://cplpperformances.tumblr.com/
photo: CP et LP